Loan Illustration

"Solicité este préstamo para ayudar al negocio de mi madre, a quién se lo regalaré, su negocio de elaboración de comidas". "Las dificultades pasadas era qu…

Food Production de produits alimentaires locaux

Pérou Pérou

Montant du prêt 300 €

Financé 0%

par personne pour l'instant

Date de versement à l'IMF: 01/06/2014
Fin du remboursement du prêt : 01/06/2015

Les membres de MicroWorld ont financé : 0 €

Rosa Condori LUIS CELSO - Acheter un four

Emprunteur

Nom de famille : LUIS CELSO
Prénom : Rosa Condori
Genre : Homme
Age: 39
Statut marital : Concubinage
Nombre d'enfants : 2
Région : Cotahuasi
Activité : Alimentation / Produits alimentaire / Production de produits alimentaires locaux

Emprunt

Objet : Acheter un four
Montant : 300 €
Durée : 12 mois
Remboursement IMF : Mensuel
Fin du remboursement à l'IMF : 01/06/2015
*Le prêteur est remboursé environ 1 mois après cette date.

Témoignage

"Solicité este préstamo para ayudar al negocio de mi madre, a quién se lo regalaré, su negocio de elaboración de comidas". "Las dificultades pasadas era que no había muchos recursos, como son los hornos para elaborar la comida, y el difícil traslado de las comidas en hornos locales". "Los objetivos para el futuro, es primeramente mejorar la alimentación de mi familia, y poder elaborar continuamente platos para comercializar y así lograr salir adelante".

Contexte économique et social

Statut de l'IMF

Ce prêt est proposé par l'Institution de Microfinance qui est en charge de toute sa gestion pour MicroWorld.

  • - Présence sur MicroWorld: 539 mois

Le partenaire bancaire (IMF)

Ces projets peuvent vous intéresser

  • Sénégal Sénégal

    ServicesFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer620 €

    Financé6 %

  • Tadjikistan Tadjikistan

    CommerceFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer920 €

    Financé36 %

  • Tadjikistan Tadjikistan

    CommerceFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer760 €

    Financé55 %

  • Liban Liban

    AlimentationFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer2 420 €

    Financé34 %

Loan Illustration

"With this loan, I`ll finance my workshop, I think that in these times, the biggest challenge we face is to work hard every day so we can make something good in…

Services Entretien de véhicules

Pérou Pérou

Montant du prêt 1 160 €

Financé 0%

par personne pour l'instant

Date de versement à l'IMF: 01/06/2014
Fin du remboursement du prêt : 01/12/2015

Les membres de MicroWorld ont financé : 0 €

Salas Caceres - Financer des machines

Emprunteur

Prénom : Salas Caceres
Genre : Homme
Age: 20
Statut marital : Célibataire
Nombre d'enfants : 0
Région : Tambo
Activité : Services / Maintenance et Réparation / Entretien de véhicules

Emprunt

Objet : Financer des machines
Montant : 1 160 €
Durée : 18 mois
Remboursement IMF : Mensuel
Fin du remboursement à l'IMF : 01/12/2015
*Le prêteur est remboursé environ 1 mois après cette date.

Témoignage

"With this loan, I`ll finance my workshop, I think that in these times, the biggest challenge we face is to work hard every day so we can make something good in the future." "One of my main goals is to work hard to implement my workshop, so I can work independently, I also aspire to get more workshops in the future".

Contexte économique et social

Statut de l'IMF

Ce prêt est proposé par l'Institution de Microfinance qui est en charge de toute sa gestion pour MicroWorld.

  • - Présence sur MicroWorld: 539 mois

Le partenaire bancaire (IMF)

Ces projets peuvent vous intéresser

  • Liban Liban

    ServicesFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer940 €

    Financé19 %

  • Cambodge Cambodge

    AgricultureFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer760 €

    Financé28 %

  • Sénégal Sénégal

    AgricultureFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer920 €

    Financé2 %

  • Tadjikistan Tadjikistan

    TransportsFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer460 €

    Financé73 %

Loan Illustration

"With this loan I`ll buy an ecological oven, with wich I´ll be able to improve my household economy". "I´ll be able to fully feed my family and cover some exp…

Agriculture Bétail

Pérou Pérou

Montant du prêt 380 €

Financé 0%

par personne pour l'instant

Date de versement à l'IMF: 01/06/2014
Fin du remboursement du prêt : 01/06/2015

Les membres de MicroWorld ont financé : 0 €

Carlota Herlinda ESPINAL LUDEÑA - Acheter un four

Emprunteur

Nom de famille : ESPINAL LUDEÑA
Prénom : Carlota Herlinda
Genre : Femme
Age: 46
Statut marital : Marié(e)
Nombre d'enfants : 3
Région : Cotahuasi
Activité : Agriculture / Bétail / Array

Emprunt

Objet : Acheter un four
Montant : 380 €
Durée : 12 mois
Remboursement IMF : Mensuel
Fin du remboursement à l'IMF : 01/06/2015
*Le prêteur est remboursé environ 1 mois après cette date.

Témoignage

"With this loan I`ll buy an ecological oven, with wich I´ll be able to improve my household economy". "I´ll be able to fully feed my family and cover some expenses with this oven, and also get products to trade for other products from the valley". "My biggest problems are water drought, which afects my production, lack of market for my products and that I don`t get any technical advice respect production and commercialization". "My main goal is to cover my children`s studies here in the valley, and later send them to the city so they can get superior studies".

Contexte économique et social

Statut de l'IMF

Ce prêt est proposé par l'Institution de Microfinance qui est en charge de toute sa gestion pour MicroWorld.

  • - Présence sur MicroWorld: 539 mois

Le partenaire bancaire (IMF)

Ces projets peuvent vous intéresser

  • Liban Liban

    CommerceFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer740 €

    Financé32 %

  • Sénégal Sénégal

    AgricultureFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer920 €

    Financé2 %

  • Liban Liban

    ServicesFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer1 480 €

    Financé33 %

  • Sénégal Sénégal

    CommerceFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer920 €

    Financé13 %

Loan Illustration

To increase the living condition of my family, I decided to ask for a loan to purchase a taxi car for my husband to create one new business. With this new busin…

Transportation Transport en taxi

Cambodge Cambodge

Montant du prêt 1 560 €

Financé 100%

par 15 membres

Le financement a été transmis à l'IMF, le remboursement du prêt est en cours.

Date de versement à l'IMF: 01/01/2013
Fin du remboursement du prêt : 01/07/2014

Les membres de MicroWorld ont financé : 1 560 €

Kolap YIN - Acheter une voiture

Emprunteur

Nom de famille : YIN
Prénom : Kolap
Genre : Femme
Age: 33
Statut marital : Marié(e)
Nombre d'enfants : 2
Région : Banteay Meas
Activité : Transports / Transport de passagers / Transport en taxi

Emprunt

Objet : Acheter une voiture
Montant : 1 560 €
Durée : 18 mois
Remboursement IMF : Mensuel
Fin du remboursement à l'IMF : 01/07/2014
*Le prêteur est remboursé environ 1 mois après cette date.

Suivi du projet

Avancement (mois)
Remboursements entrepreneur
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
Remboursement à jour
Remboursement en retard
Pas d'info
Échéance future
Les prêteurs de ce projet seront remboursés en une fois au terme du prêt et bénéficient de la garantie de l’IMF en cas de problème de remboursement du micro-entrepreneur.

Témoignage

To increase the living condition of my family, I decided to ask for a loan to purchase a taxi car for my husband to create one new business. With this new business, I hope I can generate more income to support the household and to pay my children education. From the money I save, I will be able to increase the livestock at home.

Contexte économique et social

Statut de l'IMF

Ce prêt est proposé par l'Institution de Microfinance qui est en charge de toute sa gestion pour MicroWorld.

  • - Présence sur MicroWorld: 539 mois

Le partenaire bancaire (IMF)

Ces projets peuvent vous intéresser

  • Cambodge Cambodge

    AgricultureFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer780 €

    Financé28 %

  • Liban Liban

    ServicesFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer940 €

    Financé19 %

  • Sénégal Sénégal

    CommerceFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer400 €

    Financé20 %

  • Cambodge Cambodge

    AgricultureFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer780 €

    Financé33 %

  • Accès à l'énergie dans les pays pauvres

Partager c'est déjà participer

26.01.2012

|

Thibault Lescuyer

|

Le groupe PlaNet Finance engagé contre la précarité énergétique

Lancée par PlaNet Finance et la fondation Citi, l’initiative Microenergy vise à concevoir des solutions contre la précarité énergétique dans les zones péri-urbaines d’Afrique du Sud. Parmi les pistes d’expérimentation, la micro-franchise et l’énergie solaire sont privilégiées.

Depuis 2010, PlaNet Finance et la fondation CITI travaillent dans deux régions d’Afrique du Sud, en coopération avec plusieurs Institutions de microfinance (IMF) et fournisseurs de «mobile banking»(services bancaires via mobiles).

L‘objectif est de concevoir des offres commerciales, couplant des produits éco-efficients avec des micro-financements. Pour les distribuer, PlaNet Finance expérimente aussi un système de micro-franchise innovant s’appuyant sur un réseau d’entrepreneurs franchisés, qui doit faciliter un déploiement à grande échelle.

Sur le papier, la microfranchise présente plein d’avantages, mais encore faut-il trouver la bonne formule (produit, prix, formation, maintenance). Un véritable défi, qui pour être relevé, demande du temps et une vraie démarche d’innovation.

Un terrain représentatif de la précarité énergétique en Afrique

Boland, une zone semi-rurale du Sud, dans la province du Cap et plus au Nord, une zone de banlieue dans la région de Pretoria. Comme l’explique Mehdi Dutheil, de PlaNet Finance, les deux lieux choisis sont représentatifs des zones semi-urbaines qui concentreront l’augmentation de la population dans les 20 ou 30 prochaines années.

La plupart des habitants vivent dans des maisons individuelles qui ne sont pas raccordées au réseau électrique. Par conséquent, pour se chauffer (en juillet, sous ces terres australes, il fait 5 degrés la nuit), cuisiner et s’éclairer, la majorité utilisent des sources d’énergie polluantes ou en voie d’épuisement : kérosène et bois, essentiellement.

Les solutions alternatives comme les chauffe-eau solaires ou les fours de cuisson améliorés, proposées par la Microenergy Alliance, sont encore très peu répandues.

Identifier les freins

Les obstacles sont en effet nombreux. Certains habitants ont des raccordements sauvages. Ils sont donc habitués à l’électricité gratuite. D’autres considèrent, à tort ou à raison, l’accès à l’énergie ou à l’eau chaude gratuite comme un droit… C’est d’ailleurs la promesse que leur ont faite certains candidats aux élections locales, au printemps 2011.

Dans ce contexte, pour Mehdi Dutheil de PlaNet Finance, le succès passe notamment par l’exemple. «Tant qu’ils n’ont pas vu quelqu’un faire fonctionner un système solaire précis, ils restent très circonspects». Autre élément pour réussir : une approche marketing très étudiée.

Le choix de la cible et du produit: marketing BoP

A 35 ans, Mehdi Dutheil est diplômé d’HEC et spécialiste du marketing BoP, ce modèle de création de marché cherchant à répondre aux besoins essentiels (eau, alimentation, énergie, santé ou éducation) des plus pauvres. Ceux que le professeur C.K. Prahalad a baptisé le «bottom of the pyramid» (BoP).

Mehdi et son équipe ont appris à identifier les cibles pour l’expérimentation et à distinguer les «segments» du BoP, autrement dit les groupes de clients potentiels homogènes. Ce sont des personnes qui habitent des habitats informels (sans permis de construire), avec des revenus entre 100 et 200 euros par mois. Leur activité ? Ils se répartissent entre «blue collars» (ouvriers), travailleurs indépendants, inactifs, retraités et travailleurs domestiques. Et ils correspondent également, pour la plupart, aux personnes visées par les IMF partenaires.

Du chauffe-eau solaire au «wonder-bag»

Les réunions avec les habitants et les IMF ont aussi permis de définir les produits prioritaires: chauffe-eau solaires permettant aussi de recharger des téléphones, fours de cuisson propres, mais aussi les «wonder bags», qui ont convaincu plus d’un incrédule. Ces coussins isolants permettent de continuer à faire bouillir une marmite hors du feu, économisant un précieux carburant. 150.000 sont déjà utilisés en Afrique du Sud…

Multiplier la R&D avec la microfinance

Après ces phases exploratoires, Microenergy Alliance a conçu plusieurs expérimentations avec ses partenaires, préalables à la mise en place de la microfranchise. Avec Wizzit, par exemple des «comptes d’épargne énergie» ont été testés. Ce système consiste à épargner sur un compte bancaire associé à un téléphone portable. Avant de pouvoir acheter, le client doit épargner. Quand il a accumulé le prix du four de cuisson ou du chauffe-eau, il en devient propriétaire.

Avec Kuyasa Fund, une IMF spécialisée dans les prêts au logement sur la région du Cap, les chauffe-eau solaires ont été proposés avec des microcrédits. Des démonstrateurs ont été installés sur une agence de l’IMF, construite dans un container en tôle ondulée, comme les maisons des habitants voisins.

Mais c’est la solution de microfranchise, testée depuis le printemps 2011, qui concentre l’énergie de Mehdi Dutheil et de son équipe. Après les six premiers mois de mise en place, «le modèle est désormais plus clair» et plusieurs signes positifs sont à relever, dont notamment le fait que les franchisés achètent un stock tampon conséquent. «Ils commencent à croire au système, ils ont le sourire aux lèvres!» se réjouit Mehdi Dutheil.

La microfranchise: avenir de la microfinance?

A la fin de l’année 2011, une vingtaine d’agents franchisés par la Microenergy Alliance proposaient la gamme des produits sélectionnés. Ils ont en commun une marque, un catalogue, une formation et des procédures commerciales. Chacun dispose d’un compte bancaire sur un téléphone mobile, grâce au partenariat avec Wizzit. L’expérimentation doit se poursuivre en 2012, l’objectif étant de fournir 1000 foyers grâce 100 franchisés.

A terme, le système de franchise pourrait être reproduit et déployé à plus grande échelle. Et les franchisés se retrouveront à une place idéale pour apporter d’autres produits essentiels (eau, médicaments …).

Dans cette logique, le rôle des IMF deviendrait plus large qu’actuellement : ils financeraient des packages, sortes de «business in a box», commercialisés par leurs agents franchisés. Ces derniers pourraient accéder progressivement à la qualité de vie de la classe moyenne sud-africaine, tandis que les clients finaux gagneraient en confort, sur des besoins essentiels.

Pour en savoir plus: Consultez nos dossiers thématiques "La Microfinance et les nouvelles technologies" et "Microfinance et environnement: un nouvel horizon"

Tags
Cet article fait partie du dossier thématique :
  • Accès à l'énergie dans les pays pauvres

Partager c'est déjà participer

20.01.2012

|

La Rédaction

|

L’ONU lance un appel à «l’énergie plus»

source : Le Guardian

Alors qu’au Népal, une banque annonce avoir offert quelques 200 lampes solaires à des familles pauvres à l’occasion de son 19ème anniversaire, les Nations Unies viennent de publier le rapport «Vers une approche énergie plus pour les pauvres». Cette étude de 112 pages, qui s’appuie sur l’analyse approfondie de 17 projets de par le monde, invite à «combiner l’accès à une énergie moderne pour se chauffer, cuisiner et s’éclairer, avec des mesures qui créent des revenus additionnels et qui améliorent la santé».

Le rapport, qui met en avant des projets «minimalistes», défend une approche ciblant en priorité les femmes et les groupes les plus défavorisés, avec l’idée que l’enjeu énergétique est au cœur de la lutte contre la pauvreté. Ceci étant, «les services d’énergie en soi ne réduisent pas en soit la pauvreté», avertit l’ONU. C’est la raison pour laquelle le rapport estime que les projets dans l’énergie «devraient être développés en conjonction avec d’autres initiatives comme des services d’épargne et de crédit, des infrastructures routières ou de télécommunications, des écoles, des centres de soins, des services agricoles».

Par énergies modernes, l’ONU entend à la fois l’énergie solaire couplée à des batteries rechargeables, la biomasse (hors bois de chauffage), l’éolien et l’hydro-électrique.

Le rapport est disponible ici

Tags

Partager c'est déjà participer

05.12.2011

|

La Rédaction

|

Des lampes solaires contre l’exclusion énergétique

source : digital journal

Alors qu’à Durban, en Afrique du Sud, s’ouvrait la conférence internationale sur le climat, plusieurs entreprises ont profité de l’occasion pour annoncer des initiatives à destination des plus démunis. D-Light design, un fabricant spécialisé dans les lanternes solaires à LED, a ainsi annoncé son engagement de toucher 6 millions de foyers avec ses produits, d’ici 2015, le délai prévu pour les Objectifs du Millénaire (OMD) de l’ONU. D Light vise en priorité les familles qui s’éclairent avec des lampes au kérosène.

Conçue en Californie, à Palo Alto, lors d’un projet de l’école de design de Stanford, D-Light est une start-up prometteuse, qui répond à un des besoins les plus essentiels : s’éclairer. Son produit le moins cher est une petite lampe à LED vendue 8 dollars, qui offre 4 heures d’éclairage à partir d’une journée de charge solaire. Un éclairage précieux notamment pour les étudiants souhaitant réviser leurs cours après la tombée de la nuit, sans s’empoisonner avec les fumées des lampes à kérosène.

Tags
Cet article fait partie du dossier thématique :

Partager c'est déjà participer

30.11.2011

|

Thibault Lescuyer

|

Grameen Shakti : la success story du microcrédit vert

En 1996, Muhammad Yunus lançait dans l’indifférence quasi générale Grameen Shakti, une entreprise spécialisée destinée à équiper les campagnes du Bangladesh en énergie solaire, puis en biogaz. Aujourd’hui, l’entreprise sociale fait figure de « success story », mais son modèle n’a pas été dupliqué dans un autre pays.

Au Bangladesh, utiliser le microcrédit pour apporter des sources d’énergie renouvelable aux plus démunis est une idée qui a fait son chemin. Dès 1996, l’entreprise sociale Grameen Shakti installe une vingtaine de panneaux solaires. En 2011, elle en vend 200.000. Entre temps, 700.0000 panneaux ont été achetés à crédit et permettent aux familles de s’éclairer ou encore de recharger leur téléphone, tout en économisant sur leurs achats de kérosène. Une véritable bouffée d’oxygène, dans un pays où 70% de la population n’est pas raccordée au réseau électrique.

Grameen Shakti fournit aussi des fours de cuisson améliorés(147 000 en 2010) et des systèmes de biogaz, en s’appuyant sur la Banque Grameen, qui apporte les microcrédits. Cette réussite incontestable serait liée à une « conjonction de circonstances favorables », estime Marion Allet, doctorante-chercheuse au sein du CERMi (Centre Européen de Recherche en microfinance). Trois facteurs en particulier expliqueraient ce succès : la forte implantation locale de la banque Grameen, le soutien du gouvernement grâce au programme IDCOL consacré au solaire, et la force d’entrainement de Yunus, leader de l'entreprenariat social ».

Yunus, précurseur du microcrédit vert

En 1996, Muhammad Yunus, qui a attribué son premier microcrédit 20 ans plus tôt avec son argent personnel, décide de tester l’installation de panneaux solaires dans les villages. Deux arguments pèsent dans ce choix : la faiblesse du réseau électrique, et les conditions climatiques. Pays plat au climat tropical, le Bangladesh est en effet très vulnérable au réchauffement climatique. Il est même devenu le premier pays au monde vulnérable aux évènements météorologiques extrêmes, selon un classement récent de l’institut Germanwatch… En diminuant les émissions en CO2, les panneaux sont considérés comme un instrument de lutte contre les dérèglements du temps, tout en permettant de réduire l’exclusion de la population jusque-là privée d’électricité.

Le futur prix Nobel commence par décrocher un soutien financier de 16.700 dollars d’une fondation privée américaine. Grâce à cet argent et aux conseils de quelques pionniers du secteur, il embarque trois fournisseurs régionaux. Une entreprise sri-lankaise pour les panneaux, une autre népalaise pour les accessoires, et une entreprise bangladaise pour la batterie. De quoi équiper les vingt premières maisons et identifier les obstacles à surmonter avant un déploiement à plus grande échelle.

Le rôle des femmes « ingénieures solaires »

La Grameen Shakti identifie vite trois difficultés principales, et tout d’abord le prix élevé des équipements, qu’elle minimise en étalant le remboursement sur deux à trois ans, et en proposant une large gamme de panneaux solaires. Les villageois ont aussi la possibilité de cesser le remboursement et de rendre l’équipement. « Très peu de villageois l’ont fait », a déjà constaté Muhammad Yunus. Deuxième obstacle : la sensibilisation des villageois. Là-dessus, Grameen Shakti peut compter sur le soutien des milliers d’employés zélés de la banque Grameen… Et sur l’augmentation du prix du kérosène, qui rend les villageois plus sensibles aux alternatives énergétiques moins couteuses sur le long terme.

Troisième difficulté, la maintenance. C’est là que les femmes interviennent, comme l’a expliqué Muhammad Yunus sur le site de Grameen Shakti: « Nous avons trouvé une solution formidable en donnant la responsabilité à des jeunes villageoises parmi celles qui avaient été à l’école. Nous leur avons donné un nom : ingénieures solaires. Elles ont adoré et elles en sont devenues fières”. L’implication des femmes est une constante dans les projets du prix Nobel. Elles constituent en effet plus de 80% des emprunteuses de la banque Grameen. Avec la Grameen Shakti, c’est elles qui se chargeront de la maintenance. Etonnant ? Pas tant que cela, dans un pays où les femmes travaillent fréquemment sur les chantiers et dans la construction. Aujourd’hui, Grameen Shakti emploie 11.000 employées, qui sont formées sur le terrain.

Reproduire le modèle de la Grameen Shakti

L’entreprise sociale, qui réinvestit 100% de ses bénéfices, continue de se diversifier. Systèmes de biogaz, fourniture d’engrais organiques...Grameen Shakti prévoit aussi d’installer cinq millions de fours de cuisson propres, entendez sans fumée nocive, d’ici 2015. Reste une question clef, notamment pour les investisseurs : son modèle peut-il être reproduit ailleurs ? Selon l’entreprise spécialisée Microenergy International, la réponse serait plutôt négative. « Des solutions énergétiques, telles que celles développées par Grameen Shakti au Bangladesh, ne peuvent être mises en œuvre dans d'autres pays de la même manière. Elles doivent être adaptées aux spécificités régionales et aux différents intervenants ». De fait, aucune IMF, même de grosse taille, n’a jusqu’à présent créé un « social business » équivalent. Pour David Levaï, expert en microfinance et énergie à Planet Finance, une des raisons de cette non reproduction est que le modèle de Shakti serait trop risqué pour beaucoup d’IMF, qui n’ont par exemple pas les compétences techniques. Dans cette optique, la solution passerait plutôt par des partenariats, à l’image de ceux montés en Inde entre plusieurs IMF et le fournisseur d’énergie Selco.

Retrouvez sur Microworld notre dossier sur les femmes et le microcrédit.

Tags
Cet article fait partie du dossier thématique :

Partager c'est déjà participer

28.11.2011

|

La Rédaction

|

3 millions pour des panneaux solaires à (micro)crédit en Amérique centrale

source : microdinero

La Banque Interaméricaine du Développement (IDB) a décidé d’accorder un prêt de trois millions de dollars à une fondation privée du Honduras, la «Fundación Covelo». Celle-ci équipera 6000 familles en systèmes d’énergie solaire individuels, au Honduras, au Salvador et à Belize. La Fondation s’appuiera sur des Institutions de microfinance (IMF) pour développer des offres de microcrédit associées aux panneaux solaires. Au total, le budget par famille s’élèvera donc à 500 dollars.

Le projet vise aussi à créer des emplois en favorisant l’établissement d’un réseau d’installateurs de panneaux solaires, formés pour gérer l’intégralité de la maintenance, y compris le recyclage des batteries rechargeables associées aux panneaux, ajoute l’IDB. L’initiative aura également un impact positif sur la santé publique. «Le projet contribuera à améliorer les conditions sanitaires des familles, en les aidant à arrêter d’utiliser du kérosène pour produire de l’électricité, ce qui réduira le risque de maladies respiratoires», précise la Banque multilatérale.

Cet article fait partie du dossier thématique :

Loan Illustration

I am a taxi driver. I have been engaged in this type of service since my wedding. The cost of gasoline in our country is increasing day after day but the cost f…

Transportation Transport en taxi

Tadjikistan Tadjikistan

Montant du prêt 480 €

Financé 100%

par 8 membres

Prêt remboursé.

Date de versement à l'IMF: 01/01/2012
Fin du remboursement du prêt : 01/01/2013

Les membres de MicroWorld ont financé : 480 €

Haybarov TOLIBJON - Améliorer un véhicule

Emprunteur

Nom de famille : TOLIBJON
Prénom : Haybarov
Genre : Homme
Age: 36
Statut marital : Marié(e)
Nombre d'enfants : 3
Région : Dushanbe
Activité : Transports / Transport de passagers / Transport en taxi

Emprunt

Objet : Améliorer un véhicule
Montant : 480 €
Durée : 12 mois
Remboursement IMF : Mensuel
Fin du remboursement à l'IMF : 01/01/2013
*Le prêteur est remboursé environ 1 mois après cette date.

Suivi du projet

Avancement (mois)
Remboursements entrepreneur
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
Remboursement à jour
Remboursement en retard
Pas d'info
Échéance future
Les prêteurs de ce projet seront remboursés en une fois au terme du prêt et bénéficient de la garantie de l’IMF en cas de problème de remboursement du micro-entrepreneur.

Témoignage

I am a taxi driver. I have been engaged in this type of service since my wedding. The cost of gasoline in our country is increasing day after day but the cost for gas is cheaper than gasoline. This is why I want to purchase a gas cylinder to set it in my car and this way, reduce my expenses. For this purpose I applied for loan to HUMO in hope to buy a gas cylinder and I will be able to get more profit and spend it for my family to improve our economic condition.

(In some former USSR countries like Tajikistan, most cars have adaptable motors to run either with gasoline or gas, after a light adaptation. Natural gas is cheaper and is a clean alternative to fossil fuels)

Contexte économique et social

Statut de l'IMF

Ce prêt est proposé par l'Institution de Microfinance qui est en charge de toute sa gestion pour MicroWorld.

  • - Présence sur MicroWorld: 539 mois

Le partenaire bancaire (IMF)

Ces projets peuvent vous intéresser

  • Pérou Pérou

    AgricultureFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer1 600 €

    Financé3 %

  • Palestinian Territory Palestine

    AgricultureFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer1 460 €

    Financé12 %

  • Tadjikistan Tadjikistan

    AgricultureFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer760 €

    Financé47 %

  • Tadjikistan Tadjikistan

    ServicesFlag 

    Loan Illustration

    Montant à financer1 520 €

    Financé26 %