Actualités

Dossier thématique

18.01.2011

Transparence et taux d'intérêt en Microfinance

Le principe même de la microfinance, qui consiste à sortir de l'assistanat en donnant aux individus les moyens de s'autofinancer, implique l'application de taux d'intérêts sur les emprunts. Le montant des crédits étant faible et les fréquences de remboursement rapides (souvent hebdomadaires), les montants à rembourser sont abordables par les clients, surtout compte-tenu de la productivité de leurs activités génératrices de revenus.

Les taux d'intérêt des institutions de microfinance sont élevés car les IMF accordent beaucoup de prêts de faibles montants que les banques traditionnelles, avec une méthodologie rigoureuse induisant des coûts d'opération et de traitement plus importants. Les taux d'intérêt doivent couvrir : le coût des fonds qui doivent être rétrocédés, le coût associé au risque de non-remboursement et les frais administratifs et de traitement des microcrédits (temps passé à sélectionner puis accompagner le client, traitement des demandes de financement, collecte des remboursements...) On estime que les frais d'exploitation représentent 25 % du montant moyen du portefeuille d'une IMF, alors qu'en Inde, par exemple, les banques commerciales affichent des frais d'exploitation de l'ordre de 5 à 7 % de l'encours de leurs prêts.

Articles liés