Actualités

18.11.2013

|

Les défis de l’inclusion financière dans la région MENA

Encore aujourd’hui, de nombreuses personnes vivant dans les pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) n’ont pas accès à des services financiers.

En effet, seulement 18% des adultes disposent d’un compte dans une institution bancaire reconnue, ce qui est l’un des plus bas taux d’inclusion financière au monde.
Les femmes et les jeunes restent les plus touchés par cette exclusion financière : 13% des femmes ont un compte bancaire traditionnel, et seulement 2% des jeunes adultes avaient un compte d’épargne en 2011.

Malgré cela, plusieurs pays de cette région ont des systèmes bancaires solides et développés qui seraient capables de supporter d’importants chocs économiques ou financiers contrairement à certains pays d’Europe.

Quelles sont les caractéristiques du secteur de la microfinance dans cette région ?

La microfinance reste un secteur très récent dans cette région avec des Institutions de Microfinance (IMF) qui sont pour la plupart des ONG, limitant leur croissance, leur capacité d’action ainsi que les investissements privés.

Actuellement le microcrédit ne représente que 0,2% du PIB (produit intérieur brut) de la région et le secteur de la microfinance ne répond qu’à 10-15% de la demande.
Comparé à d’autres régions du monde comme l’Asie du Sud ou l’Amérique du Sud, les prêts délivrés par les IMF concernent deux fois moins de personnes (1,8% seulement des adultes).

Malgré un secteur bas et en constante évolution, la microfinance reste un des outils les plus pertinents pour garantir l’émancipation économique des femmes, l’innovation et l’esprit d’entreprendre des jeunes pour lesquels on recense un taux de chômage très élevé (environ 25%) dans la région.

De plus, suite aux événements sociaux et politiques dans cette région, les attentes des populations sont élevées envers la microfinance pour lutter contre certains de leurs maux : l’exclusion sociale, le non accès des personnes les plus pauvres au financement ainsi que le chômage.

Quels sont les principaux défis de l’inclusion financière dans cette région ?

  • Réduire l’écart entre l’exclusion financière et le développement du secteur financier
  • Développer un environnement qui facilite l’accès au crédit via le financement : aides financières aux IMF, soutiens aux décideurs et aux banques centrales comme la BEI* (Banque Européenne d’Investissement...
  • *La BEI œuvre pour la mise en place des politiques de l’Union Européenne, elle joue un rôle actif pour répondre aux défis financiers actuels par la promotion d’un accès croissant des PME au financement et en participant à des initiatives de soutien des jeunes et de l’emploi d’une part, et à des projets d’investissement durable d’autre part.

  • Moderniser et développer le marché des économies régionales et du secteur privé
  • Soutenir la jeunesse et l’accès à l’emploi tout en mettant en place des mesures afin de dynamiser la compétitivité et la croissance dans la région
  • Renforcer la réglementation et la supervision des IMF qui doivent elles-mêmes diversifier leur offre de produits financiers comme l’épargne.

Sources : Sanabel Network, Banque Mondiale MENA blog

Tags : inclusion financière, microcrédit, microfinance, MicroWorld, Pi Slice, produits financiers, BEI, épargne, MENA