Actualités

21.07.2011

|

La microfinance pour la démocratie au Moyen-Orient

Source : CPI Financial et OPIC

Alors même que la Chine a embrassé le capitalisme sans renoncer au parti unique, l'idée selon laquelle l'économie de marché et le « business » peuvent contribuer à renforcer la démocratie persiste, notamment au sein du gouvernement américain. L'agence fédérale américaine OPIC, l'Overseas Private Investment Corporation, la met ainsi en pratique, en annonçant un programme de garantie de crédits et de microcrédits aux petites et moyennes entreprises (PME) en Jordanie et en Egypte. Les banques locales des deux pays se partageront 500 millions de garanties de prêt.

Ce nouveau projet concrétise une annonce faite en mars dernier par Hillary Clinton. Lors de son voyage au Moyen Orient dans la foulée du printemps arabe, la secrétaire d'Etat américaine avait parlé d'un soutien de 2 milliards de dollars pour soutenir l'économie de la région. Une région qui compte 2 millions de PME « formelles », c'est à dire enregistrées auprès des autorités, dont seule la moitié aurait un compte en banque, selon une récente étude de l'IFC et du cabinet de conseil Mac Kinsey.

« En fournissant des crédits aux PME égyptiennes et jordaniennes le projet doit catalyser la croissance, développer l'emploi, et soutenir les progrès de la région vers la démocratie. Il vise aussi à transformer la manière dont les banques voient les prêts aux PME, à travers une assistance technique et des programme de formation », précise le communiqué de l'OPIC, qui travaillera avec l'agence USAID et deux ONG, CHF International (CHF) and the Middle East Investment Initiative (MEII).

Tags
Cet article fait partie du dossier thématique :