Actualités

  • Quand la microfinance lutte contre le Sida et le paludisme

14.05.2012

|

Thibault Lescuyer

|

Quand la microfinance lutte contre le Sida et le paludisme

Pour lutter contre le Sida et le paludisme, des ONG comme Freedom from Hunger et PlaNet Finance développent des actions de prévention et de sensibilisation, en partenariat avec des Institutions de microfinance. Autre enjeu de taille : la discrimination qui frappe certains malades pour accéder à l’emprunt.

Les clients des Institutions de microfinance (IMF) sont parmi les plus vulnérables aux grandes pandémies, comme le paludisme ou le VIH. Face à ces enjeux, peu ou mal couverts par les systèmes de santé des pays pauvres, les ONG Freedom From Hunger, Care puis PlaNet Finance, ont lancé des programmes de sensibilisation et d’éducation, en partenariat avec des IMF volontaires. Depuis l’essor des trithérapies, un autre enjeu émerge, celui de la discrimination dont souffrent les malades porteurs du VIH, à l’heure d’accéder au microcrédit.

A Madagascar et au Bénin, prévenir le paludisme

Pour contribuer à une meilleure prévention du paludisme, qui tue 500.000 personnes dans le monde chaque année, PlaNet Finance a coordonné deux vastes programmes de sensibilisation, au Bénin puis à Madagascar. Avec le soutien financier du groupe pharmaceutique Sanofi, l’ONG a permis de sensibiliser 120.000 personnes au Bénin, grâce à 15 IMF partenaires, et 15.000 personnes à Madagascar. « On a formé à la fois les femmes responsables des groupes d’emprunteuses et des agents de microcrédit », explique Didier Krumm, responsable des programmes Education à PlaNet Finance. Les personnes relais transmettent ensuite les bonnes pratiques de prévention aux clients des IMF grâce à des outils pédagogiques spécifiques, comme les « boîtes à images », utiles pour les personnes qui ne savent pas lire.

Ces programmes ont ensuite débouché sur l’expérimentation de systèmes de mutuelle santé, pour couvrir les frais médicaux des malades. Relativement récentes, ces initiatives doivent encore convaincre les clients et surmonter plusieurs obstacles, comme la méconnaissance du mécanisme d’assurance…

Lire notre article : Quand la microfinance contribue à la prise en charge des malades

Lutter contre la discrimination des malades du Sida

Dans les pays du Sud, les personnes malades, notamment du Sida, se voient souvent refuser l’accès au microcrédit. « Avec les nouvelles trithérapies, les malades du Sida peuvent vivre à peu près normalement, avec une espérance de vie qui se rapproche de celle des personnes valides. Mais les IMF sont souvent réticentes à leur accorder un microcrédit », explique Didier Krumm. Les « agents de crédit » connaissent mal les effets des trithérapies et craignent de ne pas être remboursés. Pour contribuer à lever cet obstacle, PlaNet Finance a monté deux projets au Bénin et au Burkina Faso, en partenariat avec des associations de malades.

Les projets forment des « agents générateurs de revenus », qui aident les malades à se projeter dans l’avenir et à envisager une activité professionnelle, commerciale ou artisanale. Les participants sont souvent des femmes veuves, qui sont traitées par trithérapie. Ensuite, celles qui sont volontaires peuvent obtenir un microcrédit, le montant du prêt étant en partie garanti dans le cadre du projet, via un financement du fonds Mondial contre le Sida.

Si la garantie de crédit est aujourd’hui nécessaire, le projet contribuera à changer les mentalités, avec à terme, un objectif : permettre aux personnes malades du Sida d’avoir une vie normale, ainsi qu’un travail décent.

Tags
Cet article fait partie du dossier thématique :