Actualités

12.07.2013

|

CORALIE GATE

|

Le Royaume-Uni, nouveau leader de la finance sociale ?

En marge du sommet du G8, le Royaume-Uni a mis au centre des discussions «l’impact Investing », autrement dit l’investissement à double vocation de retour sociétal et financier en organisant un forum sur le sujet dans le but de créer un consensus autour de la notion de finance sociale et d’en diffuser les pratiques.

Ce marché est aujourd’hui estimé à 36 milliards de dollars soit 27 000 euros.
L’investissement peut aujourd’hui répondre à 4 grands défis que ce sont lancés les institutions et gouvernements :

1. La forte demande de financement à la base de la pyramide sociale
2. La nécessité d’une croissance « verte »
3. La restructuration de l’Etat providence vers plus d’efficacité
4. L’avènement des consommateurs au pouvoir d’achat important et sensibles au développement durable

Pour se placer en tant que leader de la finance sociale, le Royaume-Uni a donc publié un premier bilan de son expérimentation des « social impact bonds » (SIB) et en prévoit la création de deux autres.

Les investisseurs privés qui financent des programmes sociaux ne sont alors remboursés par l’Etat que si le programme fonctionne, la rémunération augmentant avec la réussite.
Par exemple, le programme visant à diminuer le taux de récidive d’anciens détenus a déjà permis une baisse de 6% de ce taux dans la prison de Peterborough.

L’ « impact investing » ne se résume évidemment pas aux SIB, ainsi plusieurs autres initiatives sociales commencent à se concrétiser au Royaume-Uni mais aussi dans de nombreux pays où des « social business » se développent, comme MicroWorld.org en France qui permet de financer des micro-entrepreneurs du monde entier, de participer au développement économique local et de réduire la pauvreté.

Source : Youphil.com

Tags : finance sociale, investissement social, MicroWorld, Royaume-Uni, G8, SIB, initiatives sociales, social business