Actualités

15.10.2012

|

La Rédaction

|

Seyni, correspondante de MicroWorld au Sénégal

Les équipes de MicroWorld ont convié Seyni et Khady, notre correspondante sénégalaise et une micro entrepreneuse, au Women's Forum qui se tenait à Deauville du 10 au 12 Octobre 2012. L'occasion pour Seyni d'expliquer son métier.

En tant que correspondante de Microworld au Sénégal, Seyni Fall est chargée d'animer le réseau des agents de crédit et de suivre les dossiers des emprunteurs sélectionnés sur le site Microworld. Un nouveau métier, pivot de la relation entre IMF et prêteurs en ligne, assuré par une jeune femme passionnée.

Une journée-type dans la vie de Seyni Fall est bien remplie. Cette jeune femme de 25 ans est chargée d'administrer les dossiers et d'assister la cinquantaine d'agents de crédit qui sélectionnent les emprunteurs. Autant dire qu’elle est rompue aux feuilles Excel et à l'informatique. Elle aide aussi les agents de crédit sur le terrain à mieux connaître les clients, à les photographier et à réunir les informations les concernant pour le site MicroWorld. C’est elle qui assure la relation privilégiée entre les différents acteurs de l’IMF et leurs partenaires français.

« J'arrive au travail à huit heures et demi. J'allume mon ordinateur et commence à traiter les dossiers envoyés par les agents de crédit. Je vérifie qu'il ne manque rien et que les prêts ont bien été attribués. Régulièrement, je me déplace en agence ».

Son travail pour MicroWorld n'a plus grand chose à voir avec celui qu'elle effectuait avant dans l'agence Microcred de Fass, le quartier de Dakar où elle a débuté.

Seyni a débuté ses activités dans le micrécrédit à 23 ans, dans sa ville natale de Dakar, comme caissière par l’IMF Microcred . Ce poste formateur, au contact quotidien des populations déshéritées, lui a permis de mieux comprendre les enjeux de la microfinance sur le terrain :

« Dans le secteur de la microfinance, presque tous les clients sont des analphabètes. Il faut se montrer très patient et apprendre à gérer les humeurs des uns et des autres. Avec l'expérience, tu apprends à surmonter n'importe quelle situation. »

Mais avec un Master en microfinance et une licence en administration des affaires en poche, Seyni pouvait prétendre à d’autres responsabilités. Après un an et demi de cette première expérience, elle n'a pas hésité à postuler quand elle a vu passer l'offre d'emploi de MicroWorld.

« J'avais choisi de faire de mon Master 1 en microfinance car c'est un secteur prometteur, qui a connu un développement fulgurant au cours des dernières années, en plus d'être un outil de lutte contre la pauvreté », précise Seyni, qui se déclare en général « passionnée des œuvres sociales ».

La jeune femme n'occulte pas les difficultés du secteur, dont celui lié aux risques de surendettement (lien article comment limiter les abus). Elle doit s’assurer de la vigilance de tous à cet égard, mais elle observe aussi au quotidien l’impact du microcrédit dans la vie des clients qu’elle rencontre :

« la majeure partie des clients que je connais et qui sont devenus riches, sont partis de rien du tout. C'est grâce au service de financement que l’on propose qu'ils ont pu créer leurs entreprises et devenir indépendants financièrement. »

Aujourd’hui Seyni aime la diversité de ses activités, à son bureau, aux côtés des agents de crédit ou auprès des clients. Elle s’est récemment lancée dans la rédaction de portraits de microentrepreneurs pour le site de Microworld, que vous pouvez consulter ici.

Tags
Cet article fait partie du dossier thématique :