Actualités

02.09.2010

|

Toute la presse en parle

La microfinance est un sujet qui fait beaucoup parler de lui au Pérou. Voici une revue de presse des derniers articles en vue.

Plusieurs articles récents de quotidiens Péruviens abordent le sujet du bon état général et de la croissance de la microfinance dans le pays. En effet, d’après les résultats de l’indicateur « Microscopío » 2009, Le Pérou a été élu comme le pays offrant les meilleures conditions pour le secteur de la microfinance. Ce choix a été réalisé parmi 55 pays du monde.

La presse met en garde toutefois contre la tentative de récupération des clients de la microfinance par les banques traditionnelles pour du crédit à la consommation. Le journal en ligne America Economia dans un article de María Rosa Morán datant du 27 Juillet 2010 analyse cette situation. Ces bons résultats ont incité les banques traditionnelles à s’intéresser au secteur de la microfinance.

En effet, si le portefeuille total des institutions de microfinance reste bien inférieur à ceux du système bancaire traditionnel, le nombre de clients est lui largement supérieur. Les institutions de microfinance sont celles qui réalisent l’effort de « bancariser » des personnes avec des activités économiques du secteur informel et n’ayant aucun historique bancaire, en prenant à leur charge les coûts opérationnels et les risques que cela comporte.

S’il est naturel du point de vue des règles de concurrence, et même encourageant de constater que les banques traditionnelles s’intéressent désormais aux clients des institutions de microfinance, il existe un risque de fragilisation du marché car ces banques, qui n’ont pas l’expertise des institutions de microfinance, ont surtout comme objectif de « placer » du crédit en proposant la plupart du temps des prêts à la consommation.

Les clients, attirés par la possibilité d’obtention de crédits faciles et de montants supérieurs peuvent se retrouver assez vite dans une situation de surendettement, d’autant plus que le crédit à la consommation ne leur permet pas de créer de valeur ajoutée.

Etant donnée la relative fragilité économique des microentrepreneurs (petits commerces, pas d’assurances, …) ce surendettement est plus susceptible de créer un état de banqueroute et de non-remboursement des prêts. Ce phénomène explique en partie l’augmentation du taux de retard de paiement enregistrée dans les IMF au Pérou (le taux reste toutefois relativement bas avec en 2008 un taux moyen de retard à 4,35% et à seulement 1,64% pour notre partenaire FONDESURCO) »

D’autres articles de la presse locale font état de la mise en place du partenariat entre l’institution de microfinance FONDESURCO et MicroWorld. Par exemple, dans le quotidien d’Arequipa « El Pueblo » publié le 19 Juillet 2010 un article titre « Des projets seront publiés sur Internet afin d’obtenir leur financement ».
L’article dit notamment « Grâce à l’appui d’entités étrangères, des projets seront prochainement publiés sur Internet, à travers les témoignages de personnes qui demandent à accéder au microcrédit pour concrétiser leur projets économiques.

Cette plateforme de microcrédit en ligne est développée par MicroWorld, un partenaire de PlaNet Finance. Le projet commencera au Pérou et au Sénégal. Pour le rendre possible, ils collaboreront avec des partenaires locaux et dans le cas du Pérou, il s’agira de l’institution de microfinance FONDESURCO. MicroWorld a basé son choix sur des critères de stabilité financière, performance sociale et transparence, répertoriés par le site internet MixMarket qui rassemble et analyse les données de plus de 1000 IMF à travers le monde. FONDESURCO est apparue comme une des premières du classement réalisé par MicroWorld, et la première au Pérou.»
Un autre article paru dans le quotidien « Noticias » relaie la même information, précisant que « A travers le réseau, les personnes intéressées à prêter le capital nécessaire pourront se connecter »

Tags
Cet article fait partie du dossier thématique :