Actualités

  • Projet WINWIN - Women Investing in Women

20.03.2012

|

Thibault Lescuyer

|

WIN-WIN : quand des femmes investissent pour les femmes

L’initiative WIN-WIN vise à rassembler 20 millions de dollars, en dons et en prêts, au service des femmes, en majorité américaines. WIN-WIN est porté par la fondation Calvert, un pionnier de la microfinance.

WIN-WIN : fédérer donateurs et prêteurs

Est-ce que les hommes peuvent soutenir WIN-WIN ? La réponse est oui, bien que WIN-WIN signifie «Women INvesting in Women INitiative». Cette initiative de femmes en faveur de projets portés par des femmes vise la constitution d’un fonds d’investissement à hauteur de 20 millions de dollars. Et si les hommes sont les bienvenus, c’est que «miser sur les femmes est un investissement intelligent car c’est aussi investir dans une famille et dans une communauté», précise Lisa Hall, l’une des instigatrices du projet pour la fondation Calvert.

Annoncé lors de la Journée mondiale des femmes, le 8 mars, le projet WIN-WIN est porté par la fondation Calvert, créée en 1988 par un fonds d’investissement précurseur en investissement socialement responsable (ISR). Autre soutien, celui de la fondation CITI, de la banque Citigroup : celle-ci apporte un million de dollars pour initier le projet. Mais l’essentiel des 20 millions de dollars visés proviendra de dons et de prêts en ligne, à partir de 25 dollars.

Un investissement «à double retour»

Les prêteurs se verront rémunérer entre 0,5% et 2%, suivant la durée du prêt. Si le taux peut sembler faible, il correspond à la philosophie de l’ «impact investing». En plein essor aux Etats-Unis et en Europe, le terme désigne un investissement à double retour, économique et social. Dans le cas de WIN-WIN, le retour social attendu est celui d’une amélioration de la condition féminine dans de nombreux domaines, via notamment le microcrédit à destination de femmes entrepreneures, mais aussi l’accès au logement, à la santé, à l’éducation et aux soins aux enfants.

75% du fonds employé aux Etats-Unis

Pour mener à bien ses objectifs d’impact social, WIN-WIN s’appuiera sur des partenaires locaux. Aux Etats-Unis, il travaillera par exemple avec la filiale américaine de la Grameen Bank, ainsi qu’avec les banques communautaires, caisses locales de crédit et de services financiers. WIN-WIN investira les 25% restants de son fonds en dehors des Etats-Unis en collaborant avec des Institutions de microfinance partenaires de la fondation Calvert. Mais pas seulement : le fonds pourra investir directement dans des entreprises, notamment en matière de construction de logements.

Autre originalité de WIN-WIN, le fonds n’aidera pas que les femmes les plus démunies, mais aussi des PME dirigées par des femmes. Car celles-ci ont souvent du mal à se financer auprès des banques classiques. Comme Jane Skeeter citée en exemple sur le site WIN-WIN. Fondatrice d’une PME spécialisée dans la fabrication de produits décoratifs en verre, cette californienne ne trouvait pas de financements pour relancer son activité, après l’incendie de ses locaux. Elle a finalement obtenu un prêt d’une banque communautaire soutenue par Calvert, ce qui lui permet de planifier l’embauche de 65 nouveaux collaborateurs dans les deux prochaines années.

Cet article fait partie du dossier thématique :